Free AdGate : beaucoup de bruit, et c’est (presque) déja fini… Reviewed by Momizat on . Depuis jeudi 3 janvier 2013, Free a installé par défaut le dispositif bloquant les publicités sur Internet. Une décision qui a suscité de vives réactions dans l Depuis jeudi 3 janvier 2013, Free a installé par défaut le dispositif bloquant les publicités sur Internet. Une décision qui a suscité de vives réactions dans l Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Acquisition » Free AdGate : beaucoup de bruit, et c’est (presque) déja fini…

Free AdGate : beaucoup de bruit, et c’est (presque) déja fini…

Free AdGate : beaucoup de bruit, et c’est (presque) déja fini…

Depuis jeudi 3 janvier 2013, Free a installé par défaut le dispositif bloquant les publicités sur Internet. Une décision qui a suscité de vives réactions dans le monde du Web, ainsi que dans l’ensemble de la sphère publique. Seulement voilà, Free va très probablement supprimer ce dispositif aujourd’hui, ou dans les jours qui viennent. Reprenons cette histoire depuis le début, et essayons de comprendre quels étaient les véritables enjeux pour les différents acteurs du Web…

Les annonceurs ont eu très peur…

De nombreux sites Internet existent uniquement grâce aux revenus qu’ils dégagent de la publicité sur Internet. Free est le fournisseur d’accès de 5 millions de foyers en France et ayant mis en place ce système de blocage de la publicité, nous pouvons facilement imaginer la crainte pour de nombreux sites gratuits de tout simplement disparaître. Parmi eux, on pense à 20minutes,Le Bon Coin, ainsi que la plupart de nos sites d’informations du type Le Monde.fr, Le Figaro.fr et bien d’autres pour qui nous imaginons facilement des temps difficiles… Voici le témoignage de Joris Wachloder (créateur de sites Internet) sur France Info qui illustre assez bien ce phénomène.

Cette décision a suscité tellement d’émoi, que Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique, y est allée de son Tweet :


Traduction : Fleur Pellerin est favorable à l’ancienne configuration de Free, à savoir de laisser la publicité affichée par défaut, mais d’offrir la possibilité à l’utilisateur Free de la désactiver en réglant les paramètres de son compte. Madame la Ministre rencontre aujourd’hui Free, les éditeurs et les régies publicitaires pour traiter de ce sujet. Le rendez-vous n’a pas encore eu lieu, mais nous pouvons déjà imaginer l’issue de cette réunion : Free va très certainement revenir sur sa décision (comme l’a annoncé un proche du dossier à l’AFP), car l’idée originelle de Xavier Niel n’est pas de supprimer la publicité sur le Web pour nous soulager de ce lourd fardeauPour preuve, il a créé en 2011 l’EEMI (Ecole Européenne des Métiers de l’Internet) avec Jacques-Antoine Granjon (Vente-Privée) et Marc Simoncini (Meetic)…

Pourquoi Free a-t-il réellement décidé de ne plus afficher la publicité sur Internet ?

Free souhaite faire pression sur Google pour un meilleur partage des revenus tirés de la publicité. Le chiffres d’affaires de Google en France est de 1,6 milliard d’euros et le nouveau dispositif de Free coûterait jusqu’à 1 million d’euros par jour à Google.

Cette guerre entre ces deux acteurs du web vient en grande partie du succès de Youtube (détenu par Google), car ce succès coûte beaucoup d’argent à Free. En effet, Youtube génère tellement de trafic et d’activité que les fournisseurs d’accès à Internet doivent sans cesse moderniser leur « tuyauterie » pour être en mesure de gérer tout ce trafic : la vidéo exigeant des liaisons de très bonne qualité. Free et ses concurrents doivent donc massivement investir dans des lignes à haut débit pour leurs utilisateurs sans que Google n’ait à dépenser le moindre euro, point sur lequel Frédéric Niel voudrait faire pression, et avec lequel Bercy est plutôt en accord. Du coup, les deux parties sont en désaccord sur ce point et c’est la guerre entre Google et Free au détriment de nombreux annonceurs et sites Internet gratuits. Guerre qui est à l’origine des modifications mises en place par Free depuis jeudi 3 janvier 2013.

Nous trouvons tous certaines publicités sur nos sites Internet favoris, intrusives, voire pénibles : « Vous êtes le 1.000.000ème visiteur et vous avez gagné un Iphone 4, cliquez ici pour le recevoir !!!!!!! ». Cependant, ce sont elles qui permettent de faire vivre de nombreux sites Internet, et donc de générer de l’emploi comme en témoigne le site mediaetudiant.fr sur France Info : « Free met en danger nos 37 emplois et l’ensemble de l’accès gratuit aux contenus sur Internet« . Finalement, devons-nous laisser la publicité sur Internet ?

A propos de l'auteur

Feed Manager

Suite à un parcours en école de commerce, suivi de diverses expériences, Maxime a rejoint Conseil Webmarketing comme Feed Manager. Passionné par l’entrepreneuriat, la cuisine et l’univers du Web en général, Maxime est à l’affût des nouvelles technologies développées par les start-up.

Nombre d'entrées : 20

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

© 2009 Le Webmarketeur : Infos et avis sur le Webmarketing. Tous droits réservés.

Retour en haut de la page